Libérer la science, du logiciel à la médecine

1 : Freeing Science – from Software to Medicine (l’affiche); 2 : Guy Rouleau, directeur du Neuro; 3 : Annabel Seyller, directrice de l’initiative Science ouverte du Neuro, et Richard Stallman; 4 : un moment émouvant, alors qu’un Montréalais, adepte du logiciel libre et membre de Facil, se fait photographier en compagnie de Richard Stallman.

350 personnes dans la salle. L’Adte était sur place, le vendredi 12 mai 2017, à Montréal, pour écouter les conférences de Richard Stallman, fondateur du mouvement des logiciels libres, de Guy Rouleau, directeur du Neuro (Institut et Hôpital neurologiques de Montréal) et d’Aled Edwards, président du Structural Genomics Consortium, suivies d’une table ronde animée par David Eidelman, vice-principal (Santé et affaires médicales) et doyen de la Faculté de médecine, Université McGill.

  

1 : Enseignez le logiciel libre ou utilisez le logiciel libre, de l’école à l’université !, recommande Richard Stallmann, en insistant sur la responsabilité sociale du système éducatif; 2 : le Neuro a fait le lien entre logiciel libre et science ouverte, puisque, par exemple, les données médicales de la recherche librement publiée sont anonymisées et rendues utilisables grâce à Loris et à CBrain.

Le concept de Science libre (Free Science) est en voie d’émergence pour désigner l’acception profonde et originale que le Neuro fait du terme Science ouverte dans le domaine de la recherche biomédicale. Le but est de susciter l’innovation et d’accélérer le processus de découverte par le partage mondial. L’enjeu, en lien avec les entreprises pharmaceutiques, est de découvrir de véritables remèdes aux principales maladies neurologiques. La complexité du cerveau humain représente un tel obstacle que la coopération de toutes et de tous est d’une évidente nécessité. Libérer la science pour mieux comprendre et pour mieux lutter contre les maladies.

Ressources complémentaires


Les principales maladies neurologiques telles que la démence précoce, la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques, n’ont pas encore de traitement. Pour faire des progrès, compte tenu de la complexité du cerveau humain, il faut libérer la science, la recherche et ses données, dit en substance, dans ce vidéo, Guy Rouleau, directeur de l’Institut et de l’Hôpital neurologiques de Montréal (Neuro) rattaché à la Faculté de médecine de l’Université McGill de Montréal. Aucun brevet ne sera déposé pendant une période de cinq ans, que ce soit par le Neuro, par ses chercheurs ou par ses consultants. L’initiative du Neuro est  appuyée par un don de Larry Tanenbaum, dans le cadre du Tanenbaum Open Science Institute.

Science libre, science ouverte fera partie des thèmes du 5e Colloque libre de l’Adte qui aura lieu le 2 mai 2018 à l’Université du Québec à Montréal.

La publication libre de la recherche scientifique et de ses données fait partie, avec  les ressources éducatives libres, les données ouvertes, les logiciels libres et les pratiques éducatives libres, des cinq champs d’intérêt de l’Adte pour l’enseignement supérieur.