Les points du Logiciel libre à améliorer

Ces opinions sont issues des réponses à un sondage. Telles quelles. Comme une indication des perceptions. Vraies ou fausses, ce sont tout de même des perceptions auquelles nous vous invitons à répondre.

Nous avons choisi de reproduire intégralement les réponses au Sondage libre de l’Adte. Et nous vous invitons à ajouter votre point de vue en commentaire. Nous avons même respecté l’orthographe et les coquilles d’origine.

Quelqu’un remarquait sur Twitter que certaines de ces idées étaient des idées reçues, que certaines étaient fausses et d’autres justes. C’est le but de ce billet : de l’enrichir par vos commentaires.

_____________________.____________

Fiabilité, soutien technique, ergonomie, documentation.
« Quant on considere le total cost of ownership, le logiciel libre n’est pas toujours le meilleur choix.
Le cout de deploiement initial est souvent superieur a une solution «  »off-the-shelf » ».
La qualite du support varie enormement s’il faut faire appel a une firme externe. »
S’ils servent dans l’entreprise, il y a des risques au niveau de la sécurité car plusieurs logiciels libres n’ont pas été créés en vue de protéger des données confidentielles comme des numéros de cartes de crédit. Ex. Hadoop
Cela varie beaucoup d’un logiciel à l’autre, mais en général il manque souvent d’appui « en personne » pour mettre les gens en confiance.
L’accompagnement, la documentation et les mises à jour
La facilité d’utilisation, tout est loin d’être au point.
Traduction, support, long terme.
La perception des administrateurs et des services informatiques
Le rythme de développement aléatoire.
Diffusion de l’information, formation.
« In training students for the workplace we must have the software used in industry. A free program must be widely used in industry before we adopt it.
Documentation and support is frequently lacking in free software because there is no monetary incentive to provide it. Even those programs that we use have poor documentation on no support other than posting a question and hoping someone has an answer.
It is a false economy to when time is wasted trying to understand how free software works compared to commercial products. »
Avoir la même puissance que les logiciels propriétaires
Le développement par les gens… i.e. Développement du code de façon anarchique; et les gens peuvent délaisser pour de bon une solution et nous laisser seul…
« Fonctionnalités
Le visuel »
connaissance
« Faire en sorte que les jeunes utilisent les logiciels libres dès le primaire pour qu’ils se familiarisent avec ceux.-ci.
Adapter le vocabulaire pour le marché québécois. »
La joliesse des interfaces
cohérence, complémentarité et fiabilité
La promotion
Compatibilité
Notre connaissance des impacts de leur utilisation (partage, coûts, etc.)
Trouver un discours moins heurtant par rapport à nos administrations. Même si je suis un réel promoteur du logiciel libre dans ma vie professionnelle et personnelle, je trouve que trop souvent les logiciels libres sont présentés sur fond de démarche politique qui tend à braquer nos décideurs contre ces solutions sur la base d’arguments erronés donnés par des tenants des solutions propriétaires. Or, je crois qu’une transformation du discours pourrait amener une plus grande ouverture par rapport au logiciel libre. C’est drôle, mais on m’écoute plus quant à la valeur du logiciel libre depuis que je dis que le logiciel libre n’est pas une «religion» mais plutôt une «solution» pouvant être intéressante.
C’est de les faire connaître.
préjugés, ignorance, mythe du logiciel utilisé dans le monde du travail
« Actualisation
Support »
Suppot
Pour certains, l’ergonomie et la convivialité de l’interface. Dans certains cas, l’installation n’est pas facile. Les manuels d’utilisation sont souvent fait de sites dispersés.
Le Support
aucun. les mises à jours sont régulière et ça fonctionne bien
« ergonomie
performance »
Diffusion de l’information, en français,
« l’intégration: Demande une trop grande préparation pour l’utilisateur. Souvent manque de ressources.

Incompatibilité: ex.: MS Office versus libre Office. »
la compatibilité
? Je ne connais pas encore assez les logiciels libres.
pas certaine encore
« – N’ont pas toujours toutes les fonctionnalités requises.
– Demande d’avoir des ressources à l’interne pour en assurer la maintenance et les adapter aux besoins de l’organisation. »
Communication
Les mises à jour et le réglage des bogues. Par exemple, nous sommes obligés de laisser tomber l’utilisation de Virtual Box (trop de bogues) pour Parrallels Desktop (pas de bogues pour la même application virtualisée dans le même environnement)
Formations
Assurer le développement, la pérénité, le support
interface peu intuitive
« – Les coûts en ressources humaines associés à la gestion des logiciels libres sont parfois très importants
– Souvent, les logiciels libres sont peu documentés, il faut fouiller davantage sur le web pour trouver des informations.
– La grande vitesse à laquelle évoluent certains logiciels libres rebute certains les utilisateurs occasionnels à les utiliser puisque ceux-ci évoluent trop rapidement »
« Processus d’installation souvent très complexe
Procédures de mises à jour des environnements serveurs aussi très complexe »
Formation
Le transfère des compétences et la perte de temps que cela occasionne. Le milieu des affaires utilisent les logiciels payant. Difficile d’utiliser les logiciels libres qui ne sont malheureusement pas aussi performant.
Support et perennité
Aspect graphique, complexité dans certains cas
Dans un petit Cégep nous avons peu de technicien. Alors, le support pour régler des problèmes d’implantation est super important. (Ex. Corpo decclic moodle et son support dans l’implantation de moodle)
S’assurer de la compatibilité avec les logiciels propriétaires
La convivialité des interfaces. Meilleure fiabilité pour la mise en page lors de l’importation des documents Office.
L’information sur le fait que leur qualité est aussi grande que celle des logiciels payants
Les traductions.
Offrir plus de don (temps ou argent) pour rendre les logiciels plus conviviales et mieux documentés pour faciliter son apprentissage.
Très souvent, c’est la documentation d’installation, de configuration et d’utilisation qui est soit très difficile à trouver, soit mal écrite ou pas à jour.
La qualité des interfaces (design)
Parfaois la mise en page (esthétique)
Mise à jour, support, bogues, sécurité.
Fonctionnalités et compatibilité, simplicité d’installation et fiabilité stabilité (attention aux versions beta…), informations fiables et rassemblées à un endroit crédible avec du support pour l’utilisateur ordinaire.
« Souvent en anglais
Aide parfois difficile (ou seulement en anglais)
Fonctionnalités manquantes quand on est habitué de travailler avec une version plus élaborée
Pas la possibilité de les installer nous-mêmes sur nos postes (mais ça, c’est un problème interne et non lié aux logiciels libres!) »
Support, compatibilité,
La compatibilité avec les logiciels originaux
faciliter à installer et â faire les updates
« LEs programmes techniques doivent s’ajuster aux besoins de l’entreprise qui elle n’est pas nécessairement prête à les utiliser.

Certains logiciels libres représentent plus de dépenses (entretien, formation, personnel qualifié, ajout de serveurs…) que d’autres, dits payants. »
La maintenance, la formation et le développement sont souvent exclus de la «propagande» traditionnelle. Il y a plusieurs logiciels propriétaires qui sont plus efficaces que leurs alternatives libres.
Leur performance (dans certains cas)
Le développement et le support
« intégration/configuration avec les environnements des établissements
design/ergonomie de certains produits »
parfois, interface assez limitée, reste un «trip» de programmeur sans trop d’intérêt pour l’utilisateur
formation
Les valoriser.
La compatibilité des formats avec les produits existants
Compatibilité avec la suite Office.
« Le fait qu’il faut avoir dans son entourage une personne apte à régler les problèmes et à procéder aux mises à jour de façon régulière (selon ma petite expérience, il y a plus de problèmes avec les logiciels libres qu’avec les autres)
La difficulté de faire des mises à jour « automatiques » une fois qu’on a personnalisé le logiciel
La compatibilité pas toujours 100 % (perte de temps) »
Utilisation dans le milieu des entreprises
Peu de support, mises-à-jour et plugins de tiers ne font pas toujours bon ménage. Peuvent être compliquées à installer. Quelques logiciels ont des interfaces souvent disparates et peu attrayants pour les novices. On forme des travailleurs pour l’industrie et l’industrie malheureusement n’utilise pas de logiciels libres s’ils n’ont pas de personnel en TI…
« promouvoir qu’on peut y participer à différents niveaux, voire il ne faut pas être informaticien (culture libre)
Créer un langage plus en commun entre ce qui travaille avec le code et ce qui ne connaissent pas le code
Le plus important pour moi c’est offrir une formation libre dans les écoles, aux cégeps et dans les universités et créer un espace en commun partager tous les efforts divergents en éducation (peu importe le niveau ou le domaine) »
Disponibilité dans les établissements
Le service et la conscientisation des administrateurs des institutions scolaires.
Il faudrait que les développeur cessent les guerres de tranchée entre par exemple deux distributions Linux concurrentes etc. Il y a trop de projets qui divergent et au final se nuisent plutôt que de travailler tous dans un même but.
Support, documentation
Compatibilité plus grande avec fichiers créés avec leur équivalent propriétaire (perte de formatage parfois)
« La promotion.
Il faut changer les mentalités. »
Longévité
comptabilité avec les logiciels sur le marché de l’emploi
« Désinformation et fausses croyances.
Les lobbies des entreprises privées qui agissent dans les Institutions.
Souvent, les fonctions sont excellentes, mais le design laisse à désirer. »
publicité et formation
Ils ont souvent l’air « amateur » et projètent un manque flagrant d’habillage et de design: bref, ils sont laids.
Deux problèmes importants la pérennité. PArfois, le logiciel est abandonné par la communauté et on doit trouver une autre alternative. De plus, si on veut pouvoir continuer de faire les mises à jour, on doit éviter de le modifier sinon on doit développer à l’interne.
listing critérié
« Soutien technique
Visibilité des «  »meilleurs choix » » »
Convivialité, apparence de l’Interface
Dans certains cas très précis, pas suffisamment performant.
C’est la maintenance des applications qui pose problèmes des fois. La traduction aussi.
Facilité d’utilisation et efficience d’utilisation. Il manque souvent des options plus approfondis
L’ergonomie pour certains, la stabilité pour certains
« Peu sont disponibles en français. C’est gênant de remplacer un logiciel en français par un logiciel en anglais.

Peu d’utilisateurs (notamment dans les suites bureautiques) »

_____________________.____________

Merci d’ajouter votre point de vue en commentaire.

Pour les points forts du Logiciel librer, ajoutez votre commentaire au billets Points forts du Logiciel libre.

Pierre Cohen-Bacrie
Conseiller pédagogique
Collège Montmorency

bysa

Pour référence : Questions du Sondage libre.

br /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *