RawTherapee pour le développement des photos

Une surprise dans ma recherche toute récente d’un logiciel de développement de photos : le logiciel qui répond le mieux à tous mes critères est un logiciel libre, sous licence GPLv3 : RawTherapee. Et, en plus, il est réellement multiplateforme.

playraw46_drslony_neutral_700

Par « développement de photos », on entend le travail qui se faisait naguère dans la chambre noire du négatif au positif. Ce travail est nécessaire pour les formats RAW, mais il est aussi souvent très utile pour corriger les interprétations des caméras qui produisent des fichiers JPG. En effet, un JPG est une interprétation que le logiciel de la caméra fait à partir fichier brut produit par le capteur, que l’on peut vouloir corriger un peu. À ne pas confondre avec la retouche, qui consiste à modifier l’image pour y ajouter ou supprimer des éléments. Ceci peut être fait par le logiciel libre de traitement d’image GIMP, mais attention : GIMP peut aussi faire du développement, ce qui rend les choses un peu confuses. RawTherapee concerne donc spécifiquement le développement, tout en pouvant communiquer avec les autres logiciels qui composent un atelier complet de traitement des photos. Et il le fait remarquablement bien.

Site de RawTherapeehttp://rawtherapee.com/

Nos photos sont un bien précieux dont la valeur s’affirme avec le temps. Mes critères, en accord avec des revues spécialisées comme Photo Compétence (mai-juin 2015 et mai-juin 2016), sont : la pérennité d’accès aux photos et donc des logiciels, pas de sacrifice pour la qualité, convivial, évolutif (la technique évolue), accessible pour tous du “je clique, je vois, mais je veux comprendre pour évoluer”, à l’expert soucieux de la qualité. En appliquant TOUS ces critères, le meilleur choix devant les grands canons propriétaires professionnels, tels qu’Adobe LightRoom, Capture one,  DXO optix Pro, est RawTherapee. Ce dernier logiciel libre s’impose en multiplateforme, car, sur un ordinateur personnel en GNU/Linux, il existe plusieurs logiciels libres de qualité, Darktable par exemple.

Préserver l’original

Un logiciel de développement de photos doit être non destructif, c’est à dire qu’il doit préserver l’original et non le modifier. Un fichier RAW ne peut pas être vu tel quel; il doit être transformé en un fichier lisible, comme le JPG. La solution est simple : le logiciel enregistre tout le travail dans un fichier texte compagnon de la photo originale et peut l’appliquer pour produire un JPG (ou un TIFF ou d’autres formats). Ainsi l’original est préservé et on peut toujours y revenir. On peut traiter des JPG de la même manière, mais avec les limites de qualité imposées par la compression du format et le fait qu’il soit codé sur 8 bits. C’est l’application de la règle numéro un : préserver l’original.

Espace de travail

Dans RawTherapee, pas de menu, mais un espace de travail parfaitement organisé et configurable. À  gauche, l’accès aux fichiers, car ce logiciel travaille sur les dossiers et fichiers du système d’exploitation de l’ordinateur, la pile de travail, c’est à dire les conversions en cours, l’édition en cours, avec les filtres appliqués et les effets sur l’histogramme. Au milieu,, on trouve les vignettes des photos du dossier en cours de travail et la photo éditée avec  quelques boutons : cadrage, rotation, alignement sur l’horizontale, zoo Et à droite, sous forme d’onglets,  tous les outils, notamment l’onglet Développement qui, organisé en cinq listes,  offre tous les outils connus sous une forme très conviviale et bien faite. On pourrait s’y perdre, mais il n’est pas obligatoire d’utiliser tous les outils. On peut d’ailleurs arriver souvent à un résultat très semblable par des chemins différents. Pas besoin de sauvegarder manuellement, car tout le travail est enregistré au fur et à mesure dans le fichier texte compagnon.

Manuel

La prise de contact est rapide mais il faut quand même quelques heures pour commencer à être à l’aise. Pour le maîtriser totalement, c’est autre chose : ce n’est pas le logiciel qu’il faut maîtriser mais le développement. Et là encore il y a une bonne surprise : un manuel qui se trouve ici http://50.87.144.65/~rt/w/index.php?title=Main_Page/fr

Ce manuel est très complet. Ses auteurs ne sous estiment pas leurs lecteurs, ils nous expliquent ce que nous faisons et nous permettent de maîtriser des concepts difficiles à percer. Sur Internet, on trouve aussi de bons tutoriels sur le logiciel et sur les concepts, dont l’importance de la prise de vue pour réussir une belle photo.

Avantage du format RAW

Que ce soit pour l’enseignement ou pour la recherche d’un résultat professionnel ou personnel, RawTherapee est « difficile à battre » pour le développement des fichiers RAW et l’affinage des JPG. Vous découvrirez que les plus puissantes fonctions sont réservées au RAW et vous commencerez à comprendre pourquoi il vaut mieux « shooter » en RAW, quitte à faire les deux en même temps : nos cartes mémoires ont maintenant assez de place pour ça.

De RAW à GIMP

J’ai choisi la version du logiciel en  « release roulante ou mise à jour continue ». car elle n’est pas risquée et le manuel est mis à jour au fur et à mesure. Après le traitement de milliers de photos, il ne m’a jamais fait défaut. Je conseille ce logiciel avant GIMP qui fait plus, mais moins. GIMP permet les retouches, mais il est moins bien adapté au développement. L’interface de RawTherapee est plus intuitive et plus facile à maîtriser, car bien que le logiciel soit limité à une fonction, il la fait remarquablement bien. Une fois les concepts maîtrisés dans RawTherapee, la maîtrise de GIMP est plus facile.

Un dernier conseil, sur lequel insistent les pros de Photo Compétence : si vous n’utilisez pas les dépôts d’une distribution GNU/Linux, allez chercher le logiciel sur le site de ses éditeurs. Et, si vous optez pour la version évolutive, faites-le en suivant les directives de leur site.

Daniel Pascot
Professeur titulaire retraité
Université Laval

Une réflexion sur « RawTherapee pour le développement des photos »

  1. J’utilise rawtherapee pour mes photos depuis quelques années, il fait un excellent travail, la prise en main est intuitive, il est doté de beaucoup de fonctionnalités qui permettent un travail en profondeur de post-traitement. Attention qu’il s’agit bien de post-traitement, et non de retouche d’image comme le ferait photofiltre… A noter l’onglet « noir » dans l’onglet exposition qui permet d’intensifier les « sombres », très pratique…
    Excellent soft qui convient autant à des débutants qu’à des amateurs plus confirmés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *