Collaborer avec les technologies libres ou open source

Note éditoriale : cet article est le fruit d’une collaboration entre la VTÉ (Vitrine technologie-éducation) et l’Adte (Association pour le développement technologique en éducation), et a paru d’abord sous le titre « Plateformes d’annotations et de curation libres ou open source » sur le site de la VTÉ. 

Parmi l’offre de plateformes et logiciels permettant l’annotation et la curation collaboratives, nous nous intéresserons ici aux outils libres ou en open source. Il s’agit principalement de Lacuna, Zotero, Hypothesis.is, WordPress/Edublogs, Twitter, Quite RSS et Wind 2.0. Sans être exhaustive, cette revue permet d’appréhender sérieusement la problématique d’une activité d’apprentissage mutualisée.

Dans la famille des agrégateurs, nous retiendrons Quite RSS et Wind 2.0. Malgré un relatif tassement de l’intérêt porté aux flux RSS (en partie parce que le nombre de sites qui prennent en charge le format RSS diminue), nous rappellerons qu’ils ne sont pas réservés aux sites d’information mais prouvent leur utilité pour n’importe quel site souvent mis à jour.

Quite RSS

logo application QuiteRSS

Logiciel libre et gratuit (licence GNU/GPL), QuiteRSS permet d’organiser (listes thématiques, marquages, indexation…) et suivre ses flux RSS, RDF et Atom sans passer pour son navigateur. Pour ceux qui utilisaient Google Reader, c’est une alternative fiable malgré un peu moins d’options. On y retrouve tout de même des fonctionnalités de partage, d’importation, d’exportation et de mise à jour automatique ou manuelle des flux.

Outre un mise en route rapide et une interface intuitive (par onglets), l’outil est personnalisable donc bien adaptée aux envies (besoins ?) des étudiants et palliant le reproche d’un design vieillot fait par certains esprits tatillons. Un clic et l’on accède à l’intégralité d’une information qui s’affiche par défaut en abrégé sur une barre de notification (Systray).

A ce propos, on lui a reproché de ne donner accès qu’à des lignes de texte alors que de plus en plus d’internautes s’abonnent à des contenus pour leurs images. Amélioration des versions précédentes, mauvaise foi ou peau de saucisson dans l’œil ? Toujours est-il qu’il existe bien une option d’affichage par image !

Bureau QuiteRSS

Intérêt pour le travail collaboratif

Pour les enseignants qui auraient besoin de créer et gérer plusieurs flux RSS en fonction de leurs différentes classes, QuiteRSS mérite qu’ils s’y attardent ; d’autant plus que la prise en main est vraiment simple, donc non parasitée par d’éventuelles difficultés techniques.

D’autre part, il permet d’introduire concrètement la notion de veille documentaire. QuiteRSS est aussi une occasion d’entraîner ses élèves à avoir une attitude responsable et citoyenne face aux informations dont ils sont inondés.

L’outil est intéressant mais à moins de le détourner un peu, on ne peut pas le conseiller en choix de première classe pour une activité pédagogique à visée collaborative. Il n’a pas été conçu pour cela mais avec un peu d’imagination, rien n’est impossible ! Pourquoi ne pas demander aux étudiants de créer et partager des signets vers des sites pertinents… comme une sorte de bibliographie annotée collaborative. On peut simplement utiliser le sigle du cours comme mot-clé afin de regrouper tous les signets ajoutés par les étudiants inscrits à ce même cours.

Version 018.12 (de juillet 2018) téléchargeable sur le site : https://quiterss.org/en/downloadDisponible pour Windows, MacOS et Linux.

Winds

logo winds

Winds est lui aussi en open source (licence MIT) mais en plus du précédent, il permet d’organiser et lire les podcasts (baladodiffusion). D’apparence plus moderne, il séduira sans doute davantage les jeunes. On peut le télécharger ou l’utiliser en ligne. Dans ce cas, en créant un compte d’utilisateur (gratuit mais incontournable), les contenus thématiques sont synchronisés lorsque l’on passe d’un support à l’autre (d’un ordinateur fixe vers un téléphone portable par exemple). Cependant,  puisque l’on dépend d’un service tiers, on n’est plus en utilisation «libre » au sens strict du terme. Grosso modo, on retrouve les mêmes fonctionnalités d’exportation, importation, de notifications et ainsi de suite. En revanche, il est encore peu personnalisable, hormis évidemment les recherches thématiques. Notons aussi qu’au-delà de 3 millions de mises à jour (ce qui laisse une marge confortable), Winds devient payant.

Jusqu’à présent, alors que tous s’accordent pour lui reconnaître une belle carrosserie, on trouve qu’il n’en a pas assez dans le moteur : manque de finesse et d’efficacité pour ceux qui voudraient une gestion pointue des podcasts. Pas de recherche dans les contenus, peu d’historique…  Il semblerait que les développeurs soient en train de se pencher de près sur ces quelques réserves.

tableau de bord - Winds

Intérêt pour le travail collaboratif

À condition d’employer des mots clés de recherche précis, Winds fait gagner un temps fou pour sélectionner les informations pertinentes sans visiter chaque site informateur.

Winds dispose d’un outil suggérant d’autres flux ou épisodes de baladodiffusion en fonction des recherches précédemment faites. Aussi, il peut être un excellent moyen pour enseigner les rudiments de la sélection et de l’analyse de l’information car il va de soi que ces suggestions automatiques ne sont pas toujours des plus heureuses.

Encore une fois, ce n’est pas un outil fait pour le travail collaboratif mais on peut envisager des activités pédagogiques dans ce sens pour peu que l’on soit inventif et de bonne volonté. Par exemple, certains enseignants l’utilisent déjà et demandent aux étudiants de s’abonner au fil du cours afin de recevoir les mises à jour sur la matière ou échanger à propos des actualités du domaine enseigné. On peut imaginer aussi y regrouper des podcasts faits par les étudiants sur un sujet précis. Les blogues servaient plutôt déjà à poster les travaux finaux des étudiants mais Winds pourrait être le petit outil par excellence pour que chacun suivre la progression des autres membres de leur groupe.

Version 3.1.6 (en janvier 2019) téléchargeable sur le site : https://getstream.io/winds/

Disponible pour Windows, MacOS et Linux.

Pour une plus large palette de possibilités, nous allons d’abord voir du côté de Lacuna puis de  WordPress qui héberge Edublogs.

Lacuna Stories

logo lagunaLacuna Stories est une plateforme libre d’annotation collaborative qui offre la possibilité d’engager des discussions en fonction de thématiques précises et des supports d’enseignement qui les accompagnent (syllabus ou extraits numérisés, regroupement de sources…) En principe, chaque institution héberge sa propre version du logiciel. Voir par exemple un aperçu pour l’université Stanford bien que l’accès soit restreint et nécessite un code d’accès.

tableau de bord laguna

Intérêt pour le travail collaboratif

L’étudiant a ici la possibilité de choisir son mode d’affichage (privé, accessible à l’enseignant uniquement, accessible à un groupe restreint, accessible à toute la classe). Cette flexibilité peut l’aider à se sentir à l’aise avec ce qu’il ne maîtrise pas encore et de travailler sur ses propres idées avant de les soumettre (ou pas) aux autres.

Lacuna fournit également aux élèves un outil intéressant pour établir des liens sémantiques entre différents textes ou passages. Un « kit de couture » rend possible la création de collections dans lesquelles les étudiants lient entre eux des extraits et des annotations au fur et à mesure que le cours avance. Cela favorise une assimilation plus profonde, plus personnalisée et plus libre car elle se fait autrement que dans l’unique perspective d’un travail à rendre.

La fonction de marquage donne aux enseignants l’opportunité de créer des catégories pour organiser les réponses, telles que «notes de cours», «réflexions», «propositions de communication», «essais finaux»… Le générateur de bibliographie automatique permet de relier des réponses à des textes spécifiques. Et tout comme les supports de cours, les réponses des étudiants peuvent aussi être annotées, ce qui facilite la rétroaction rapide et en temps réel des enseignants.

tableau de bord laguna annotationLes analyses de données renseignent sur la dynamique d’apprentissage individuel en mettant en lumière ce qui a été lu, commenté et assimilé. Sur un tableau de bord, les sujets qui intéressent ou posent problème sont ainsi identifiés et éventuellement travaillés en priorité en classe.

Développé par une équipe pluridisciplinaire de professeurs, d’employés et d’étudiants à l’université de Stanford, cette plateforme en ligne est spécialement conçue pour les cours de sciences humaines ou pour travailler l’argumentaire, les compétences en lecture attentive et en écriture collaborative.

Pas de support technique mais de nombreux tutoriels et scenarii pédagogiques disponibles.

Edublogs

logo edublogsWordPress héberge l’incontournable plateforme Edublogs au potentiel pédagogique presqu’illimité.  La plupart du temps, on s’appuie sur elle pour élaborer des eportfolios, des blogs et des sites Web. Elle fournit également des outils de gestion de classe avec lesquels les enseignants organisent et supervisent des sites d’étudiants. Chaque site comprend des pages statiques et des options de commentaires en direct. Les utilisateurs ont la possibilité de télécharger des médias et de commenter les publications. Les paramètres peuvent être définis pour autoriser les sites individuels ou de groupe et pour contrôler la confidentialité. On appréciera aussi l’absence de publicités. Un grand nombre de thèmes est disponible pour personnaliser son blog. Sans doute le plus grand réseau de bloggeurs dans le domaine de l’éducation (presque 4,4 millions de blogs depuis 2005) Edublogs héberge également plusieurs communautés d’enseignants.

Intérêt pour le travail collaboratif

On ne reviendra pas sur l’intérêt pédagogique de la conception d’un site spécifique pour une classe qui permet de travailler de manière autonome et différenciée.

Les portfolios et la conservation stimulent les compétences analytiques des étudiants lorsqu’ils recherchent, sélectionnent, réfléchissent et annotent le contenu, que ce soit individuellement ou en collaboration. La fonctionnalité « Commentaires » sur les sites Edublogs peut être utilisée pour les remarques des pairs ou des discussions sur le contenu partagé (y compris le travail des étudiants). Les sites de groupe sont exploitables pour la conservation collaborative, le développement d’eportolio et l’écriture collaborative, ce qui permet des opportunités d’apprentissage coopératif.

Dans le domaine des applications ou des extensions qui ont fait leurs preuves pour la curation de contenu collective, nous retiendrons Zotero, Hypothes.is et Twitter.

Zotero

logo zoteroZotero est le parfait programme à installer (libre, gratuit avec une interface en français si besoin) pour les étudiants qui réalisent des travaux de recherche ou pour ceux qui ont besoin de présentation d’information formelle. Il est connu pour gérer les citations et les références bibliographiques (automatiquement formatées selon l’un des 9000 styles disponibles) mais dans sa dernière version, il va plus loin et s’oriente aussi vers la cartographie et l’évaluation alternative de l’information. Plus largement, il est aussi indiqué pour organiser, annoter, exporter, classer par collection et indexer des recherches (images, pages web entières ou passages). Pour générer une bibliographie « toute simple », on recommandera plutôt d’utiliser son petit frère zbib.

Le projet est porté par l’Université de Montréal et celle de l’Indiana mais l’on trouvera aussi beaucoup de documentation et de tutoriels sur le site des bibliothèques de l’UQAM, ou de la bibliothèque du Collège Montmorency ainsi que sur le blog Zotero francophone.

tableau de bord zotero

Intérêt pour le travail collaboratif

Bien qu’il ne propose pas de fonctions de clavardage ou d’annotations instantanées et partagées, il a la capacité de synchroniser les données d’un groupe de travail privé depuis plusieurs ordinateurs et de détecter les doublons. Libre alors aux participants de rassembler leurs recherches, de se partager les parties à rédiger et de les commenter pour ensuite éditer des bibliographies pertinentes. Des rapports automatiques permettent éventuellement à l’enseignant de prendre connaissance de l’état d’avancement et de donner son avis.

D’autre part, à partir d’un corpus préalablement choisi et téléchargé, Zotero facilite l’organisation d’une bibliothèque numérique personnalisée grâce à l’ajout de notes, de mots-clés, de pièces jointes ou de métadonnées. Il peut donc être utilisé pour approfondir les compétences individuelles de recherche et pour les cours ayant une composante méthodologique.

Un bel exemple de bibliographie collaborative est présenté sur le site. 96 chercheurs de l’International Society for First World War Studies alimentent régulièrement une base de 90 collections thématiques, soit plus de  16 000 références. Une mine d’informations dans laquelle on retrouvera son chemin par auteur, titre ou mots-clés.

Version 5.0 (en janvier 2019) téléchargeable sur le site : https://www.zotero.org/download

Disponible pour Windows, MacOS et Linux. Noter que la version portable n’est pas officiellement distribuée par Zotero et que les développeurs ne pourront fournir qu’un support technique limité.

Hypothes.is

logo hypothesisHypothes.is (licence Free BSD) est un autre outil libre et gratuit dont le cœur de cible est le milieu universitaire ou collégial. Néanmoins, il présente un peu plus d’opportunités de collaboration que Zotero, par exemple celle de faciliter l’annotation critique de n’importe quel contenu en ligne : news, blogues, conditions d’utilisation, lois, articles scientifiques, sondages, etc. Soit les images et vidéos sont elles-mêmes annotées, soit elles viennent enrichir une annotation et en deux temps trois mouvements, un cours devient personnel et enluminé ! Pour ceux qui ne rêvent pas d’esthétique, le tableau de bord simple suffit amplement.

plugiciel hypothesisAprès passage obligatoire par la case « création de compte », le plugiciel se greffe facilement à son navigateur. Google Chrome est clairement favori mais heureusement, le système est souple et l’on peut ajouter à sa barre de favoris Firefox un signapplet spécialement conçu à cet effet.

La licence étant libre, il est théoriquement envisageable de traduire l’interface en français. En attendant, les annotations s’ajoutent évidemment en n’importe quelle langue. Attention toutefois : par défaut, les annotations sont en accès public. Il faut donc leur affecter des métas catégories favorisant le rapprochement des annotateurs et la constitution de groupes semi-fermés.

Un critère de choix mérite d’être mentionné : ses liens historiques avec le groupe Annotation du W3Cdont on espère beaucoup en matière d’interopérabilité.

Pour une mise en œuvre détaillée et en français, on recommande la lecture de l’article suivant : Hypothes.is, un excellent service collaboratif d’annotation d’articles en Open Source / Christophe Deschamps (23 mai 2018) in Outils Froids.net

tableau de bord hypothesis

Intérêt pour le travail collaboratif

Les enseignants se servent d’Hypothes.is pour annoter des textes, sélectionner les annotations des étudiants par thème, créer des glossaires automatiquement à partir de mots-clés ou encore poser des questions en direct aux étudiants, vérifiant ainsi leur degré d’implication. On trouvera des idées d’activités pédagogiques à cette adresse : https://web.hypothes.is/blog/back-to-school-with-annotation-10-ways-to-annotate-with-students/

Les étudiants pourront l’exploiter pour annoter des cours magistraux, créer des index ou des bibliographies et surtout, identifier des intérêts communs grâce au moteur de recherche. Il suffit ensuite de créer une page d’accueil commune semi-privée et d’activer la fonction clavardage, laquelle facilite la lecture active, le recueil de commentaires et donc l’analyse critique des points de vue et l’évaluation de la crédibilité des déclarations accessible sur le web. Bien que la plupart des initiatives soient en mode privé, quelques exemples d’utilisation en classe sont à découvrir ici : https://web.hypothes.is/examples-of-classroom-use/

Si l’on résume : un outil hyper intéressant pour stimuler les compétences habituelles engagées dans un travail collectif : lecture active, définition de catégories de classement communes, revue par les pairs, esprit critique, entraînement à la modération participative et test de  son jugement par rapport à celui des autres !

Twitter

logo twitterÀ défaut d’être une application libre, elle est sans conteste celle de la liberté. Vivons heureux, vivons exhibés. En bref, on comprendra que l’accès privé n’est pas le mode par défaut de Twitter… Aujourd’hui, il relie et fédère des communautés de personnes gigantesques qui partagent des points de vue, exhortent à des actions ou encore créent et entretiennent la polémique. Si en plus on a à faire à des influenceurs, la portée est énorme.

Ce n’est donc plus juste un réseau de microblogage sur lequel on suit des dizaines de de comptes. Son potentiel collaboratif est d’ailleurs monté d’un cran depuis que les possibilités d’écriture et de création en groupe se sont enrichies. Par exemple, il suffit de créer des Twitter Moments pour regrouper des informations par thèmes et c’est parti pour la curation, le partage et les débats ! Comme la présentation est dynamique, on peut y ajouter des listes de gazouilleurs populaires ou s’abonner à des listes déjà actives et participer à l’enrichissement des informations glanées par chacun. Chaque thème préalablement décrit et indexé donne donc accès à des contenus ciblés à partir desquels on interagit et que l’on partage ou pas avec ses abonnés. Un système d’alerte permet de savoir quelles nouvelles informations arrivent sur le fil.

Intérêt pour le travail collaboratif

S’il a longtemps été victime de réticences plus ou moins fondées, force est de constater qu’aujourd’hui, Twitter est largement reconnu comme outil pédagogique (lire par exemple 50 idées pour utiliser l’utiliser en classe ou  Twitter Pédagogique. Apportant une plus-value certaine pour les recherches personnelles ou en groupe, il a pleinement sa place dans cet article.

La forme courte des gazouillis appelle une véritable concision d’écriture, ce qui résulte souvent d’une créativité linguistique particulièrement foisonnante et, avec l’interaction de ses pairs, toujours en émulation.

On ne reviendra pas sur le concept du mot-clic (hashtag) aussi utile pour le repérage et le suivi d’une information en temps réel…. avec tout ce que ça génère comme pollution documentaire. Pour éviter cet écueil, il suffit juste de s’organiser en amont pour réfléchir à une indexation pointue qui ne repêche que les listes pertinentes.

Obligeant à agréger, sélectionner et réfléchir sur un contenu pas toujours fiable, Twitter Moments est donc à la fois :

  • un outil de curation de contenu événementiel
  • un forum de discussion qui encourage l’expression claire de son point de vue
  • un outil de conservation (d’un travail en classe, d’une conférence, d’un atelier…)
  • outil de création aussi puisque les Moments supportent toutes sortes de médias
  • un agrégateur d’information
  • un support solide pour traiter le problème de l’identité numérique

La multitude d’activités pédagogiques démontre le potentiel étonnant de cette petite application qui a priori ne cassait pas trois pattes à un « cygne ».

Disponible en ligne depuis le site sous et téléchargeable dans la plupart des e-boutiques.

La curation et l’annotation ne sont pas des pratiques nouvelles mais la surcharge d’informations en ligne encourage l’utilisation d’outils spécifiques qui permettent d’ajouter de la valeur au contenu sélectionné sans se limiter à la gestion de signets, à l’étiquetage ou à l’agrégation simple. Il n’y a pas d’outil idéal. Tout dépend du cahier des charges de l’utilisateur. C’est avant tout la possibilité d’enrichissement collective des ressources qui a été retenue dans la sélection présentée ici.

par Anne-Laure de Sarrau
conseillère TIC

Xibo

L’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal utilise depuis plusieurs années le logiciel infonuagique X2O pour l’affichage dynamique interne de l’école sur des télévisions disposées à des endroits stratégiques pour atteindre le plus grand nombre de personnes. Étant donné qu’il y a des frais importants annuellement à une telle technologie, nous voulons regarder du côté du logiciel libre pour une solution de rechange. Continuer la lecture de « Xibo »

Veille documentaire et ressources libres

La veille documentaire et ses ressources 

Au quotidien, nous devons tous élaborer des stratégies pour nous tenir informés. Pour ma part, ce n’est que lorsque j’ai commencé à organiser des veilles documentaires que j’ai pris la mesure du temps qui me filait entre les doigts lorsque je m’attelais à cette tâche.

Mes sujets de recherche étaient évolutifs, et mes vigies, elles, étaient peu flexibles; je n’arrivais pas à suivre la cadence, en plus d’exécuter toutes mes autres tâches.

Je partage ici  mes trouvailles, elles vous aideront peut-être à affiner vos propres stratégies de veille, d’automatiser la réception de vos informations et surtout de les centraliser, et ce à très petit budget.

Que la veille soit effectuée par et pour un individu (un chercheur), ou par un individu pour une collectivité (une cellule de veille), elle doit être planifiée en tenant compte non seulement de sa création mais aussi de sa conservation et de sa maintenance afin d’éviter qu’elle ne devienne obsolète.

1) Les défis de l’exercice de veille : la création, la conservation et la maintenance

Le premier défi consiste à débuter sa veille non pas en testant un outil, mais en s’attaquant à la réalisation de son schéma, simplement armé de crayons et de papier.

Vous êtes expert de votre sujet et vous trouvez l’exercice futile? Repensez-y avant de vous lancer.

Votre sujet, une fois traduit en mots-clefs, n’offrira peut-être pas un angle assez ouvert pour vous permettre de tenir une vigie digne de ce nom. Pour chacune de vos « veilles», je vous propose de cibler 3 axes de recherche : Votre sujet (bien sûr), son domaine (pour voir venir les tendances) et les experts (voire même vos concurrents…). Ces trois axes vous permettront, au besoin, d’élargir votre veille qui restera ainsi riche et vivante au fil du temps.

Une fois ces axes définis, est-ce le temps de vous lancer, enfin, dans l’interface des Feedly ou DIGIIT de ce monde? Pas encore! Résistez. C’est le moment parfait pour vous demander où entreposer les résultats de vos efforts.

Souvent, la meilleure option, et la moins coûteuse, c’est la création d’un compte courriel dédié à votre veille (ex. un compte courriel au nom de votre sujet ferait très bien l’affaire). Cette stratégie vous permettra de recueillir les alertes, les résultats de recherche, mais aussi de gérer les inscriptions aux différents outils utilisés. Pour le travail, j’utilise un compte dédié à la veille et je me connecte à tous mes outils grâce à ce profil. Aucune confusion possible entre mon boulot de veille, les autres urgences du travail et la vie privée. Un autre avantage, votre espace de stockage est maintenant accessible de partout. Par exemple, si je dois concevoir une cellule de  veille sur les changements organisationnels en bibliothèques universitaires, je vais créer des alertes dans des bases de données spécialisées, dans Google, dans différents médias sociaux et centraliser les meilleurs résultats sur mon compte dédié à la veille. Il sera avantageux d’utiliser toutes les options possibles pour trier et classer les différents résultats stockés dans votre courriel.

2) L’utilisation d’outils gratuits, est-ce suffisant ?

Faire le choix d’outils gratuits est probablement inévitable pour la plupart d’entre nous. Les outils payants ( Sindup, Website Watcher Pro, etc. ) sont certainement très performants, mais ils demandent un financement soutenu. Je connais très peu de chercheurs pouvant se permettre ce luxe. Si vous êtes membre d’une communauté de recherche, vous aurez probablement accès à de nombreuses bases de données, ou périodiques spécialisés. Je crois que la stratégie la plus efficace est de travailler chacune des sources afin d’automatiser l’envoi des articles ou des informations non pas directement dans votre courriel dédié, mais vers un agrégateur de RSS. Feedly est présentement l’outil le plus populaire auprès de ma communauté, et même si vous utilisez sa mouture gratuite, il est suffisamment performant pour vous permettre de filtrer l’ensemble des RSS et des sites que vous désirez suivre. Personnellement, je l’utilise comme lecteur de RSS au quotidien, et lorsque je trouve des perles rares, la fonction d’exportation vers mon courriel dédié ou même vers mon compte Twitter est très rapide.

Si vous ne faites pas partie d’une communauté de chercheur, il vous faudra absolument paramétrer les alertes Google en mode avancé, utiliser au maximum Google scholar et trouver quelques bases de données offrants des articles en libre accès : ex. https://www.base-search.nethttps://www.hathitrust.org/ , etc.

Ne sous-estimez pas les retombées positives du partage de vos informations. En entreprise, favoriser le partage et la communication aura comme effet de dynamiser vos équipes et permettra un réseautage au-delà des murs de votre milieu de travail.

3) Des obstacles en vue?

Le temps! Oui, les coûts d’utilisation de Feedly, WordPress ou Netvibes sont minimes… mais le temps investi sera-t-il rentable? Cela dépendra de votre capacité à gérer et réutiliser vos données et de votre capacité à vous créer une bonne méthode de travail.

Selon moi, la valeur ajoutée de la veille dépasse ce que vous apprendrez sur votre sujet. Vos activités de veille témoignent de votre dynamisme et de votre engagement dans le milieu. Le fait de partager vos trouvailles créera une communauté de pratique autour de vous ou parmi vos experts et vous permettra de voir venir les nouvelles tendances.

par Justine Lamoureux
bibliothécaire
Service de l’acquisition et du traitement des ressources documentaires
UQAM

IZArc

Durant l’installation du logiciel, décochez tous les logiciels additionnels, car ils ne sont pas utiles aux fins du logiciel. Ceci doit devenir une habitude d’utilisateur (installateur) averti. Il en va de même, par exemple, quand on télécharge Java d’Oracle Systems.

http://www.izarc.org/

Fonctionalités d’IZArc

  • créer une archive
  • ajouter des fichiers à une archive existante
  • supprimer les fichiers d’une archive existante
  • extraire les fichiers d’une archive
  • tester un fichier d’archive
  • convertir l’archive
  • convertir CD Images et réparation
  • recherche pour tous les fichiers de nombreuses archives
  • liste détaillée des fichiers et des informations comme le taux de compression, le chemin d’accès ou la taille d’une archive
  • mise en œuvre la possibilité de trier les éléments de liste par taille de nom, date et etc..
  • glisser et déplacer
  • plein soutien des Images CD/DVD (ISO, BIN, MDF, NRG, IMG, C2D, PDI, CDI).

IZArc permet de développer l’habileté 5.1.3, Gérer des fichiers numériques, du profil de sortie TIC des étudiants du collégial.

Jean-Michel St-Germain
Technicien en informatique
Collège Montmorency