Maxima pour remplacer Maple ou Mathematica

 Maxima est un logiciel devenu libre dont le prédécesseur est Macsyma, logiciel de calcul algébrique ou de calcul symbolique, créé au MIT dans le cadre du projet d’intelligence artificielle MAC (Mathematics and Computation, plus tard Man and Computer), et dont Wolfram (Mathematica) et l’Université de Waterloo (Maple) se sont inspirés.

William Schelter, du département de mathématiques de l’Université du Texas,  a consacré près de 20 ans de sa vie à la transformation de ce logiciel, connu comme DOE-MACSYMA, en logiciel libre. Ce qui lui a été accordé en 1998.

Télécharger Maxima du site du projet dans Sourceforge :
http://sourceforge.net/projects/maxima/files/Maxima-Windows/

Utilité pédagogique

Au lieu d’avoir à résoudre selon des méthodes apprises – dont voici un aperçu – des équations différentielles et intégrales, l’utilisation d’un logiciel de calcul symbolique permet notamment de poser des problèmes plus complexes et de bénéficier de représentations graphiques.

Tutoriels


Présentation de Maxima par Éric Gaul

Huit tutoriels en vidéo, par Éric Gaul, professeur de mathématiques au Collège Montmorency :

  • Introduction à Maxima : bref rappel de ce qu’est un logiciel libre, ce qu’est Maxima;
  • Premiers pas en Maxima  : utilisation de Maxima comme calculatrice, comment consulter l’aide;
  • Maxima : résolution des équations : résolution exacte des équations, résolution numérique des équations, systèmes d’équations;
  • Maxima : sujets complémentaires : résolution d’inéquations, intégrales, sommations et produits, listes et suites, animations et graphiques;
  • Maxima : Calcul différentiel : limites, dérivées, dérivées implicites;
  • Maxima : les graphiques : graphiques de fonctions, options des graphiques, graphiques de relations dans le plan, graphiques des nuages de points, combiner des graphiques, autres types de graphiques;
  • Maxima : variables, expressions et fonctions : les variables, expressions algébriques, exposants et logarithmes, expressions trigonométriques, substitutions dans une expression, les fonctions définies par l’utilisateur;
  • Maxima : l’environnement du cahier et les cellules : une introduction à l’environnement graphique wxMaxima, entrer des instructions dans un cahier – le  fonctionnement du noyau, la manipulation des cellules d’un cahier (calcul, titres, texte, …), les variables mémoire et les variables algébriques, interrompre une exécution anormale.

Maxima ou SageMath ?

Le logiciel libre Sage, aujourd’hui SageMath, intègre en langage Python les fonctions de calcul symbolique de Maxima (et, incidemment, les fonctions de statistique de R, entre autres). Il représente une alternative valable et tout aussi libre. De plus, il peut être installé sur un serveur – ce qui est intéressant, mais ne va pas sans problème.

Maxima, a Computer Algebra System – Sourceforge.

Conformément aux principes de la co-construction, vous êtes invités à compléter ce billet en commentaire, en envoyant vos ajouts ou commentaires, ou encore en écrivant un article témoignant de votre utilisation de Maxima.

Pierre Cohen-Bacrie
Vice-président
Adte

Article écrit en 2102 et publié à nouveau en 2018.

4 pensées sur “Maxima pour remplacer Maple ou Mathematica”

  1. Je ne comprends pas ce qui est indiqué dans la remarque concernant le besoin d’un serveur pour utiliser Sage? Du moins sur Mac l’application s’installe comme n’importe qu’elle application et s’utilise sans connexion internet. S’il y a une utilisation d’un serveur «local», tout est transparent car je n’ai rien eu à faire de particulier pour l’utiliser. Il me semble que pour Windows c’est aussi le cas depuis quelques mises à jour..

    Denis

    1. Merci de cette remarque, Denis. En la lisant et en relisant l’article sur Sage, écrit par Éric Gaul, je corrige: SageMath « peut » être installé sur un serveur. C’était l’option choisie au Collège Montmorency, qui posait problème.

  2. Maxima est vénérable, mais le logiciel libre de calcul symbolique qui est le plus activement développé présentement est Sage : http://www.sagemath.org/

    Il a certains avantages sur maxima, maple et mathematica :
    * la syntaxe est celle de Python, un « vrai » language de programmation utilisé dans plusieurs projet. En fait, sage, c’est Python avec plusieurs librairies de calcul symboliques et numérique, utilisant, entre autre, maxima de manière transparente pour effectuer certaines opérations
    * Sage a une interface graphique web : il peut être utilisé en mode local, avec n’importe quel fureteur, mais aussi en mode serveur, ce qui permet de partager des documents sage à ses étudiants par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *